Aller au contenu

D’où vient le liège? De l’Alentejo, bien sûr...

La région portugaise de l’Alentejo est un endroit spécial à la fois unique et invitant. Représentant 20%  du Portugal, elle ne compte que 500 000 habitants vivant parmi les vignobles et les oliveraies, au sein et autour de villages aux maisons chaulées installés sur des plaines verdoyantes ponctuées de collines et de montagnes. Avec une façon de parler, de chanter et de voir le monde qui lui est propre, les Portugais considèrent l’Alentejo comme une nation à part entière. Mais l’Alentejo est aussi la région portugaise du liège, puisque sa terre ancienne produit plus de la moitié du liège de la planète.

S’étendant des rives méridionales du fleuve Tage aux montagnes qui entourent l’Algarve, l’Alentejo est bordé par l’Atlantique à l’ouest et par le fleuve Guadiana et l’Espagne à l’est. Son nom signifie « au-delà du Tage ».

Cette région du liège possède des saisons distinctes marquées par un printemps humide riche en fleurs sauvages. Au début de l’été, les cigognes se nidifient sur les toits de ses villages blanchis à la chaux et la chaleur colore les plaines d’un ton doré. Pendant l’hiver doux, les vastes champs prennent un vert jaunâtre et les bergers se vêtissent de longues capes pour rester au chaud.

En été, les boisés de chênes-lièges verts contrastent avec les champs dorés, les tournesols et l’immensité du ciel bleu. Ces forêts de chênes-lièges anciennes appelées Montados sont les plus vastes du sud de l’Europe. L’un des arbres les plus communs du Portugal, le chêne-liège (Quercus suber) est indigène à l’Alentejo. La récolte du liège, effectuée une fois tous les neuf ans, exige d’enlever l’écorce externe de l’arbre. On peut assister à la récolte du liège dans l’Alentejo, et un arbre rouge signifie que son écorce a été enlevée récemment. Robuste, le chêne-liège produit alors une nouvelle couche d’écorce. La loi protégeant cet arbre a permis de créer des milliers d’acres de forêts protégées.

Le liège est l’un des matériaux les plus équilibrés et naturels qui soient; et non seulement son existence protège des milliers d’acres de terres au Portugal, mais il est aussi biodégradable à 100 %. Depuis le XVIIe siècle, lorsqu’un certain Dom Perignon a déterminé que l’écorce du chêne-liège était le scellant idéal pour son champagne, c’est un véritable produit d’exception. Le liège est un matériau unique parfait comme bouchon pour le vin. Les forêts du Portugal contiennent aujourd’hui assez de liège pour durer plus d’un siècle.

La récolte du liège n’endommage pas l’arbre et un chêne-liège peut vivre plusieurs siècles, protégeant des dizaines d’espèces d’animaux et de végétaux rares et un mode de vie rural. Les Montados sont un havre pour la faune sauvage : quarante-deux espèces d’oiseaux en dépendent. De petits oiseaux, comme les merles, les pinsons et les grives musiciennes migrent dans les forêts de chênes-lièges de la péninsule ibérique à partir de l’Europe du Nord, tout comme les fauvettes à tête noire qui arrivent du Royaume-Uni. Au printemps et en été, les forêts de chênes-lièges abritent une riche variété de papillons et de végétaux. Rare, le lynx pardelle peut même se cacher dans les zones les plus isolées des Montados.

Pour produire du liège, le chêne-liège (appelé sobreiro en portugais) doit avoir au moins 25 ans. Un chêne-liège peut vivre jusqu’à deux siècles. Le secteur du liège portugais est véritablement durable.

Grâce aux Montados, l’Alentejo est un lieu rural et naturel aux villes-marchés intemporelles entourées de remparts anciens. C’est une région où l’harmonie entre la nature et l’homme demeure solide, et où les gens se souviennent encore de tant de ces choses qui ont été oubliées.
 
Jayme H. Simões est un blogueur de voyage au Portugal. Il a grandi à Chicago, mais a passé ses étés à explorer le Portugal avec sa famille.

Image 720