Alentejo

ESSAYER


Au rythme des saisons

C’est l’espace ouvert qui semble ne pas avoir de limite. Ce sont les couleurs et les odeurs qui naissent de la terre. C’est le tracé sans pareil de l’architecture rurale, présente dans les "montes” des grandes propriétés, dans les quartiers les plus anciens des villes, des bourgades et des villages ou dans les chapelles qui mettent une touche de blanc au sommet des collines. C’est ce que l’on peut lire dans les manières d’être et de faire, dans les arts qui sont conservés et se renouvellent, dans la tradition que l’on sauvegarde et que l’on réinvente, dans le "cante” que, avec leur âme et leur cœur, seuls les alentejans savent chanter.

Mais la ruralité de l’Alentejo du XXIe siècle ne s’épuise pas dans ces "choses de la campagne”. En raison des vicissitudes, qui n’ont pas toujours été positives, de son histoire, cette Région a préservé ce qui lui donne aujourd’hui une valeur pleine d’avenir: la petite dimension et la qualité des ambiances urbaines, l’échelle humaine, le silence, la paix, la liberté, l’air pur qu’on y respire. Et le temps, une manière si particulière de comprendre le temps, qui nous fait sentir dans la peau que, au bout du compte, il est possible de le vivre dans ce monde vertigineux, en le laissant justement être ce qu’il est: notre bien le plus précieux.

Pour bien connaître l’Alentejo, il faut le visiter à toutes les saisons. Le paysage change beaucoup le long de l’année et les activités rurales les plus intéressantes à observer sont saisonnales. Commençons le cycle par l’Automne.

En septembre, les vendanges. Vous pouvez les voir à n’importe quel point de la route où il y a des vignes, mais il vaut mieux choisir un programme organisé par un agent d’oenotourisme: vous pourrez apprendre cet art, participer, et également, déguster les vins des années précédentes.

En octobre, promenez-vous sans but pour admirer la palette de couleurs marrons qui transforment l’Alentejo par les labours. Profitez du soleil de ce qu’on appelle ici "l’été des coings” et si, là où vous êtes logé, il y a des coings, demandez à vos hôtes qu’ils vous laissent assister à la fabrication domestique de la pâte de coings. 

En novembre, dégustez le vin nouveau le jour de la Saint Martin qui nous fait toujours cadeau de quelques jours d’été en plus. C’est une excellente occasion pour visiter des lieux en fête comme Marvão, Cabeção, Borba ou Vila de Frades.

Entre novembre et janvier, assistez à la cueillette des olives (celle qui est traditionnelle, non mécanisée) et entrez dans un pressoir.
Au printemps, la campagne se couvre de fleurs sylvestres qui sont un thème inépuisable pour les photographes. Avec les premières chaleurs, on procède à la tonte des brebis. S’il n’y a pas de troupeau dans la maison où vous êtes logé, demandez où vous pourrez y assister.

Le jeudi de l’Ascension, participez au rituel du Dia da Espiga. Joignez-vous à des personnes que vous rencontrerez à la campagne et faites aussi votre bouquet comme l’exige la tradition: 5 épis de blé, 5 coquelicots, 5 rameaux d’olivier, 5 marguerites blanches et 5 marguerites jaunes. Pendez-les derrière la porte d’entrée pendant un an, en acceptant de croire qu’il va attirer le pain, la paix et la joie, pour vous et votre famille.

Soudain, le jaune s’empare du paysage. C’est entre juin et juillet lorsque l’on fait la moisson, un moment privilégié pour imaginer, au comble de la chaleur, la vie des hommes et des femmes qui, il y a quelques années encore, faisaient à la main et de l’aube au soir ce qui est fait aujourd’hui par des moissonneuses-batteuses et des machines à lier les fardeaux de paille. Plus tard, lorsque vous aurez entendu le cante alentejan vous le comprendrez mieux.

Mais ce n’est pas seulement le jaune et la sécheresse que l’on voit dans le paysage: pendant les mois d’été, on peut voir briller les champs de tournesol et de lupins, l’exubérance du vert des vignobles et, sur les pourtours des retenues d’eau qui alimentent les cultures irriguées de l’Alentejo intérieur, les couleurs fortes du maïs et des cultures horticoles. Dans la vallée du Sado, le moment est parfait pour voir les rizières et, au-dessus, les coups de pinceaux roses et blancs du vol des flamants.

Entre juin-juillet et, parfois, en août, ne perdez pas le décorticage des chênes-lièges et la surprise de l’ocre-orangé des troncs dénudés qui, soudain, illuminent la chênaie. C’est l’une des activités les plus intéressantes de la région, qui demande beaucoup de savoir-faire et donne un emploi garanti à ceux qui le possède. Comme le chêne-liège ne peut être décortiqué que tous les 9 ans, ayez recours à nouveau à vos hôtes  pour qu’ils vous indiquent les endroits où vous pourrez assister à cette opération. 

À tout moment de l’année, à chaque fois que vous sentirez dans l’air l’odeur forte du bois brûlé, arrêtez-vous et allez jeter un œil sur les fours traditionnels de charbon de bois de chêne vert ou d’olivier. 

Si vous êtes en bord de mer, visitez un port de pêche. Ici, comme partout ailleurs, les pêcheurs sont des personnes ayant le goût du risque et qui évitent de sortir en mer uniquement lorsque c’est impossible. Allez les voir partir à la recherche de tout ce qui distingue la gastronomie alentejane de la côte et, au retour, assistez à l’animation du marché aux poissons.

 

retourretour
generico_frances_gr_11596713984efdd1172e186.png

Du temps pour être heureux
Download

guia_museus_frances_gr_17006745694efdd3c799f6e.png

Guide de Musées de Alentejo
Download

Découvrez ce que l’Alentejo vous offre
Turismo do Alentejo Turismo de Portugal - Alentejo
INALENTEJO QREN União Europeia