Alentejo

CONNAÎTRE


Au Troisiéme Millènaire

Dans l’Alentejo, tout voyage se fait naturellement avec et à travers l’Histoire. L’abondance et la qualité du Patrimoine qui exprime cette Histoire facilitent sa découverte, mais le visiteur qui vient pour la première fois peut avoir des difficultés à fixer son choix. Si c’est votre cas, n’hésitez pas: suivez nos suggestions et vous verrez que la magie de l’Alentejo se trouve dans tous les lieux, et que c’est un plaisir sans fin.

Faisons maintenant un saut jusqu’à nos jours, en laissant de côté les revivalismes du XIXe, l’architecture du fer qui a accompagné l’arrivée du train dans l’intérieur du pays, les modernismes du début du XXe et la lourdeur de l’architecture qui a caractérisé la période désignée comme État Nouveau, celle de l’époque de la dictature de Salazar.

De cette époque, nous retiendrons les panneaux d’azulejos des gares de chemin de fer, qui sont des endroits à visiter; et une référence symbolique pleine d’avenir: c’est en 1919 qu’a été fondée, è Évora, la première association pour la défense du Patrimoine – le Groupe Pró-Évora – qui, avec une grande avance sur des causes bien postérieures, a défendu la muraille d’Évora contre son démantèlement, a proposé la classification de dizaines de monuments de la ville et a promu le nettoyage du magnifique cloître de la cathédale, à l’époque plein de gravas.

À partir de la seconde moitié du XXe, l’Alentejo a été l’objet d’un processus de réhabilitation urbaine de ses centres historiques, qui nous permet, aujourd’hui, d’éprouver, au vif, une alliance intéressante entre le passé et la contemporanéité. On a récupéré ce qui est ancien, on a attribué de nouvelles fonctionalités à des monuments qui, sinon, auraient été dévorés par le temps, mais on a aussi fait du neuf. Des sculpteurs de notre époque ont été invités à embellir les places et les jardins, et des architectes renommés ont été et continuent à être appelés pour signer des projets d’œuvres aussi différentes que de nouveaux quartiers, des équipements culturels, des églises, des caves ou des résidences privées. En prenant leur inspiration dans l’essentiel de l’architecture rurale, ils peignent les villes et la campagne, naturellement conservatrice, d’édifices assumant leur caractère contemporain, minimalistes, sobres et très bien intégrés dans le paysage.

Si vous souhaitez en apprécier quelques-uns, visitez le Quartier de Malagueira à Évora (un projet d’habitation sociale) et la Cave Mayor à Campo Maior, tous deux signés par Siza Vieira; le Centre des Arts de Sines, de l’Atelier Aires Mateus; le Fluviarium de Mora, de l’Atelier Promontório Arquitectos; les Caves du Domaine Herdade de Rocim, à Cuba, de Carlos Vitorino; ou, totalement inattendue dans un village alentejan minuscule, la nouvelle Église Paroissiale de Albergaria dos Fusos, de Victor Figueiredo et Jorge Filipe Pinto.

Ceux-ci et beaucoup d’autres encore, comme les sculptures de João Cutileiro à Évora, ou le pari à Elvas sur un Musée d’Art Contemporain – installé dans un édifice baroque du XVIIIe – sont des signes de notre temps à voir absolument.

retourretour
generico_frances_gr_11596713984efdd1172e186.png

Du temps pour être heureux
Download

guia_museus_frances_gr_17006745694efdd3c799f6e.png

Guide de Musées de Alentejo
Download

Découvrez ce que l’Alentejo vous offre
Turismo do Alentejo Turismo de Portugal - Alentejo
INALENTEJO QREN União Europeia